USURPATEURS

SYNOPSIS
Everyone Stands Under His Own Dome of Heaven

Je me suis fait avoir. Une vraie bleue. Je n’ai pas plus de jugeote que ma tragédienne de sœur. J’ai laissé les mots me séduire et prendre le dessus. J’ai relâché mon attention. J’ai autorisé ma plume à me délester d’un passé trop encombrant. Imprévisibles et sournois, les mots ont effacé les preuves et, au passage, ils ont réinventé une vie. Ils ont attribué à Saül une dignité qu’il n’a jamais méritée, tout simplement parce que tout ceux qui l’ont côtoyé ont perdu la leur. Les mots mentent. Ils tordent les souvenirs, ils travestissent la vérité. Ils accommodent les regrets et disculpent les grands coupables. Ce n’est pas étonnant que je sois clouée sur place, je viens de perdre mon moteur et mon carburant.

Qui a écrit les lettres d’amour que Judith a trouvées cachées dans un placard ? Se pourrait-il que l’auteur soit Saül, père absent à la vie terne ? Pourquoi Martin s’obstine-t-il à raconter l’histoire d’une rencontre improbable à Emma, jeune fille amnésique coincée dans un lit d’hôpital ? Trois narrations, cinq protagonistes – usurpateurs ? –  liés les uns aux autres par un fil invisible.

INFORMATIONS PRATIQUES
106 pages, 33 966 mots – Février 2010
© Caroline Jestaz/Usurpateurs est enregistré à la SACD sous le numéro 38032